mardi 19 avril 2016

RACINES ET DESTIN, LE ROMAN DE ZOFIA

Pour découvrir ce roman ou prolonger votre lecture, pour tout savoir sur Zofia, Walenty, Marie et les autres... 

Bienvenue sur ce blog!


 DECOUVERTE DU ROMAN
Marie est étudiante en arts appliqués. A la faveur d'un sujet de stylisme, elle entame une plongée dans son histoire familiale et tente de reconstituer le destin de ses arrière-grands-parents, des immigrés polonais arrivés en France dans les années 1920...









Voici quelques réponses aux questions que l'on me pose fréquemment:


Où se situe Straszydle?
Le village se situe au Sud- Est de la Pologne. Zofia aurait ajouté " au bout du monde"...



Au moment où débute l'histoire, avant la première guerre, la Pologne a été rayée de la carte. Straszydle se situait en Galicie Centrale:




On peut imaginer la ville de Rzeszów dans les années 20 grâce à des documents comme cette carte postale:

ou cette photo du marché de Rzeszów 




Images  d'archives de la télévision polonaise" Rzeszów dans les années 20"  
merci à Ziuk pour ce partage de documents! ) 






                Tu regardes Secret d'Histoire? 
                 Rarement!



Qui était Zofia?

Ma " babcia", ma grand-mère polonaise, elle me racontait inlassablement les épisodes de sa vie et terminait ses récits d’un encourageant:
-      " Tou devrais l'écrrrrirrrre ma vie!"
          ... tout ça parce qu'à dix ans, je m'amusais à écrire "les histoires de Nathalie " à la manière du personnage Caroline de Pierre Probst!




            Et Walenty?


          Mon " dziadek", mon grand-père. Je ne l'ai malheureusement pas connu, écrire ce roman a été l'occasion pour moi d'aller à sa rencontre. 

Les voici avec leurs enfants, Ignacy et Stefcia:



Pour davantage d'informations, je vous invite à découvrir les lieux et les personnages du roman en diaporama.Les photos de la première partie datent de 1968 lors de mon premier séjour en Pologne:










Stefcia est donc votre maman?
Tout à fait, et elle a été ma première lectrice! 







            Le récit est-il fidèle à ce que vos grands-parents ont vécu?

           J'ai essayé d'être au plus près. J'ai conservé les noms et les prénoms ... enfin, sauf pour les trop nombreux Janek, il a fallu trouver une adaptation!  
           Je connaissais tous les épisodes de la vie de Zofia. Pour cerner Walenty, je me suis appuyée sur ses carnets que Zofia avait précieusement gardés. Quand j'avais un doute, j'appelais Antek, un oncle polonais qui avait écrit ses mémoires et dont la femme, Stasia avait rédigé l'arbre généalogique de la famille. J'ai également sollicité des personnes sur des forums comme Beskid ou pages 14 -18 pour certains détails.


Lettre de Walenty à Zofia


La clarinette et une partition ayant appartenu à Walenty :




Documents du théâtre et photo de la troupe Halka créée par Walenty



Certaines d'entre vous m'ont dit avoir pleuré à la page 371... 
Walenty a t-il eu un destin aussi tragique? 

      Hélas oui,  voici un extrait de Narodowiec annonçant le décès de Walek ainsi qu'un article paru dans la Voix du Nord. 







Documentation sur l'immigration des années 20 en diaporama







Peut-on lire les mémoires d'Antek?

Chaque membre de notre famille a reçu un exemplaire des mémoires d'Antek, y compris ceux qui vivent " au pays d'Astérix" comme il disait. Le tapuscrit comporte une quarantaine de pages et commence par ce chapitre. 


Dans ses mémoires, Antek décrit son enfance et raconte notamment la guerre 39/45 au village. Je me réjouissais de lui montrer que j'avais utilisé quelques passages dans Zofia. Malheureusement, il nous a quittés le 26 juillet dernier alors que la maquette du livre se terminait. 




           Pourquoi écrire ce texte seulement maintenant?

Vaste question... Je pense que j'ai toujours su que j'écrirai ce livre mais je ne voulais pas simplement raconter l'histoire de Zofia et de Walenty. C'est quand j'ai eu l'idée de la transmission, du rapport entre les générations que je me suis mise à l'écriture.



                Comment as-tu trouvé un éditeur?

             J'ai découvert les Editions Nord Avril et la place que cette maison d'édition réserve à la Polonité sur le web. C'est le responsable de Nord Avril, monsieur Dufossé qui m'a permis de réaliser ce roman.



              

               Et Marie? Elle existe?

Dans le roman, Marie est l'arrière-petite-fille de Zofia, dans la vraie vie, je n'ai pas eu de fille, c'est un personnage totalement fictif. Mais c'est le charme de l'écriture, s'inventer une fille le temps d'un roman...


         Pourquoi situer l'histoire de Marie de Toulouse à Bagnères-de-Bigorre?

        Nous avons habité Bagnères de nombreuses années, je garde un souvenir  formidable de la vie au pied des montagnes, de l'ambiance de la ville et de ses habitants .





 Le personnage du père de Marie, Amédée, m' a été inspiré par un ami qui était camelot. J'avais envie de le faire revivre le temps du récit.





         Vous avez fait les arts appliqués?

         Non, les arts plastiques! Beaucoup moins stressant, surtout à l'époque!... 
      Mais autour de moi, j'ai vu de nombreux jeunes se lancer dans ces études, d'où le choix de cet univers très particulier.



Où peut-on acheter ce livre?

Il est en vente dans toutes les librairies du Furet du Nord, également disponible à la maison de la presse de Harnes, au Cultura d'Hénin Beaumont...


également disponible sur internet 
notamment chez decitre 



ou sur le site du Furet


en Belgique:


Pour les salons et rencontres-dédicaces, le programme est à découvrir ici http://haniawork.blogspot.fr/p/blog-page_83.html




Bonne lecture!




                                                                                                                                       





RACINES ET DESTIN, L'EXPO

Le roman, Zofia racines et destin est lié à une exposition de peintures et de vêtements intitulée Korzenie i Przenaczenie, réalisée en Pologne en 2012.


Si lorsque vous traversez un jardin après la pluie et que l'odeur de l'aneth vous enivre instantanément, si la vue d'un bocal de cornichons salés vous fait saliver, que le pavot se marie instantanément dans votre esprit au fromage blanc et que vous appelez une couette une " pierzyna", vous comprendrez la démarche qui m'a animée pour concrétiser cette expo...








Ces dernières années, j'ai pensé qu'il était temps pour moi d'écrire un roman sur mes grands-parents. Mais au lieu de prendre la plume, dans un premier temps, j'ai opté pour les crayons et les pinceaux et je me suis mise à dessiner et à aquareller. J'avais en tête des parfums, des instantanés, des mots, des refrains, des couleurs, des pochoirs, des découpages... J'ai collecté patiemment un paquet de souvenirs et d' émotions que j'ai mis en forme sous forme de triptyques. Plusieurs thèmes se sont imposés: la culture, les paysages, l'histoire, la religion...et pour chacun d'entre eux, un côté polonais, un côté français et un mix entre les deux, comme cet exemple avec les oies:



                 
               Oies du Lot et Garonne              Les oies à Przemysl                           Migration

J'ai choisi délibérément des petits formats qui seraient faciles à transporter car l'idée a germé de suite: j'allais réaliser cette expo en Pologne. 


RECIT D'UNE EXPOSITION REALISEE EN POLOGNE
Nous avions échangé par mail avec la responsable de la culture de Lubenia, les aquarelles et la collection de vêtements étaient déjà arrivées à bon port, tout était prêt, même les mannequins offerts par un de mes cousins pour l'occasion. Pourtant, en arrivant au village, j'ai été prise d'un énorme doute, surtout quand la responsable m'a demandé combien de personnes étaient attendues. J'ai compté sur les doigts: mes cousins, cousines...10? 12? J'ai perçu une inquiétude mais elle a souri, m'a dit que de son côté elle avait lancé l'info sous forme d'affiche



Quand je suis arrivée dans la salle, j'ai vite était rassurée. L'info avait bien circulé et, surtout, les personnes endimanchées qui étaient rassemblées semblaient curieuses et ravies de ma démarche.  


http://galicjusz.pl/wydarzenia/Lubenia+Wystawa+%60Korzenie+i+przeznaczenie%60+Gminny+Osrodek+Kultury+Wystawy+kalendarium,/wydarzenia/event?ev_id=5007

DES TRIPTYQUES FRANCO POLONAIS

TRYPTYK FRANCUSKO POLSKI

LES AROMATES

 Dans le jardin de Zofia à Straszydle


 Aromates de notre jardin


 Imagier des petits fruits

A la maison, 100 ans plus tard, certains fruits sont toujours désignés en polonais.





LE TRAVAIL / LA VIEILLESSE



  Marché d'Agen 




    
  Marché à Zakopane 

                                              
Ma grand-mère au jardin




vêtements associés



CORRESPONDANCES

 J'écris à Zofia


 Quand Zofia m'écrit


 Le destin de mon grand-père 




Planches " Walenty"





LE VERNISSAGE


En pointant du doigt un vieux portrait de mes grands-parents, un historien de la région a rappelé le départ massif vers une France qui avait perdu ses hommes pendant la guerre 14/18.  Moi aussi, j'avais préparé un petit discours, je ne pensais pas être émue à ce point devant le public qui s'amusait sans doute de mon accent:


Witam wszystkich,
Po pierwsze chciałabym bardzo podziękować Pani Barć za  zorganizowanie wystawy moich prac w  tutejszym ośrodku kultury.
Cieszę się z zaproszenia  i możliwości spotkania ze wszystkimi tu obecnymi.
Ta wystawa to przegląd moich prac.
Obejmuje 8 tryptyków francusko - polskich.
Ona Bedzie pokazana za kilka miesięcy we Francji oraz w przyszłym roku w Instytucie Europejskim w Łodzi
Jej prezentacja we Francji Bedzie związana z publikacją mojej powieści o mojej babci , Zofii Kopiec która w młodości mieszkała w Straszydlu
W mojej twórczości staram się połączyć malarstwo, pisarstwo i projektowanie przedmiotów użytkowych.
To dlatego znajdziecie tu również ubiory inspirowane moimi akwarelami
Chciałabym aby wystawa ta była hołdem dla moich dziadków,
Jak wielu Polaków, mój dziadek , Walenty Raczakwyemigrował do pracy w kopalni w północnej Francji
Później moja babcia Zofia dołączyła do niego z dwójką małych dzieci , Ignacem i Stefcią , moją mamą
Snem , marzeniem moich dziadków było odłożyć trochę pieniędzy i powrót do  Straszydla aby otworzyć mały sklep we wsi
Ale to marzenie nigdy się nie ziściło.
Kiedy wreszcie moja rodzina  połączyła sie we Francji, mój dziadek zginął w wypadku w fabryce.
Miał tylko 35 lat.
Stąd tytuł wystawy , KORZENIE I PRZEZNACZENIE ,,

Stąd pomysł na tryptyk,  i stąd mój pseudonim artystyczny   HANIA RACZAK.


Le même en français...:



Bonjour à tous,

  Tout d’abord, je tiens à remercier Madame Barc qui a organisé cette exposition dans ce charmant musée régional. Je suis ravie d’être accueillie dans cette salle pour vous faire partager mon travail.

Cette exposition est une avant première. Elle regroupe des aquarelles sous forme de 8  triptyques  franco -polonais. Elle sera visible en France dans quelques mois car elle est liée à la parution d’un roman qui est en préparation sur le destin de ma grand-mère, Zofia Kopiec.
Ma particularité en tant qu’artiste est de tisser des liens entre la peinture, l’écriture et le stylisme, vous trouverez ici une  présentation de vêtements inspirée par les aquarelles.

  J’ai voulu rendre hommage à travers cette exposition à mes grands-parents.  Comme de nombreux polonais, mon grand-père, Walenty Raczak est parti travailler dans le nord de la France. Plus tard, ma grand-mère Zofia l’a rejoint avec leurs deux enfants, Ignace et Stéphanie, ma mère. Le rêve de mes grands parents, c’était de gagner un peu d’argent et de revenir à Straszydle pour acheter une petite épicerie. Mais ce rêve n’a jamais pu se faire puisque une fois la petite famille enfin réunie en France, mon grand-père a été victime d’un accident d’usine et qu’il est décédé à 35 ans. D’où le titre de cette exposition «  racines et destin », d’où l’idée des triptyques franco polonais, qui sont présentés comme des souvenirs, des pensées,  et d’où mon pseudonyme Hania Raczak en souvenir de mon grand-père.


J’habite loin d’ici, dans le sud de la France, je ne parle pas parfaitement le polonais ( ce que je regrette !) mais  je suis  attachée à mes racines. Le village de Straszydle  a une place toute particulière dans mon cœur. C’est pourquoi je remercie toute ma famille, mes cousines, mes cousins pour leur présence ici, pour leur aide dans l’organisation et l’installation, et  tous ceux qui ont eu la gentillesse de venir.


Puis les langues se sont déliées autour d'un verre - non, vous vous trompez, pas de vodka mais du vin français- beaucoup de visiteurs me racontant l'immigration de certains membres de leur famille, en France ou aux Etats-Unis pendant que les grands-mères ( les "babcias" ...pour les polonisants...) , curieuses de savoir si je tenais la route en cuisine,  se pressaient pour me demander si je savais préparer les pierogis ( sortes de ravioles au fromage blanc pressé ...pour les non polonisants...). 


Quand, plus tard dans la soirée, autour d'un verre de thé, nous avons fait le bilan de cette journée, j'ai eu le temps de comprendre que OUI j'avais bien fait d'aller jusqu'au bout de ma démarche mais qu'un autre travail m'attendait encore: dès le lendemain matin, après une assiettée de barszcz préparée par ma cousine Zofia, je sortais un bloc-notes pour commencer à écrire l'histoire de mes grands-parents. 





" Mes grands-parents sont nés ici, ils ont immigré en France. J'aimerais vous raconter leur destin et ce que signifie être descendant d'immigré polonais en France "