ON EN PARLE

LA VOIX DU NORD

VICQ 

Au café de la Poste, on a parlé immigration et intégration polonaisesHania Raczak vient de publier son roman « Zofia, racines et destin ». Derrière l’écrivain, une personne communicative et avenante. Elle était présente au café de la Poste pour présenter son livre.

Par La Voix Du Nord | Publié le 01/10/2017

La démarche est originale. À travers le regard de sa fille Marie, personnage qu’elle invente, l’auteur raconte l’histoire de la migration de ses grands-parents, Walenty et Zofia. En toile de fond, la vie de son grand-père, parti de Pologne pour travailler en France dans les années 1920, avant que sa femme ne le rejoigne.
Pour écrire son roman, Hania Raczak s’est appuyée sur ses souvenirs et des photos. Après avoir combattu sur le front de l’est, son grand-père, Walenty, a été obligé de travailler jeune. À 22 ans, il arrive seul en France. Il écrit des chansons, fait du théâtre, joue de la musique, de la clarinette, facilitant ainsi son intégration. De là découlent les souvenirs et la vie d’une famille polonaise, comme tant d’autres. «  De 1929 à 1950, mes grands-parents ont habité au 36, rue de la Gare, à Vicq, explique Hania. Il y a 90 ans, le café existait déjà et mon grand-père le fréquentait avec les copains. C’est donc ici que j’ai décidé d’organiser la présentation du livre et faire une séance de dédicaces. C’est en allant me recueillir sur les tombes de mon grand-père et de ma grand-mère que l’idée m’est venue. Et je ne regrette pas : au café, l’ambiance est sympa, avec les fidèles, on retrouve vraiment l’esprit village.  »






RADIO Rcf l'instant littéraire






_____________________________


LE PROGRES Roche la Molière                                         


_________________________

COOLRADIO L'AIR DU SUD



Reportage LE PASSAGE exposition 3 jours en Polonia


video





_________________________________________________

Publié le 11/02/2017 à 03:48, Mis à jour le 11/02/2017 à 09:15

Hania Fourot-Raczak, ce week-end au centre culturel




Peintre (entre autres), membre de l'atelier «Haniawork» depuis janvier 2011, Hania présente ses œuvres au centre culturel Pierre Lapoujade.
Egalement écrivaine, son dernier ouvrage «Racines et destin, le roman de Zofia», paru aux éditions Nord Avril, raconte l'histoire de sa famille. Un ouvrage passionnant sur la culture polonaise, ses mœurs et ses us et coutumes.
L'exposition reflète la passion d'Hania Fourot-Raczak pour la Pologne.
Ce partenariat avec le comité de jumelage passageois avec Wloszczowa en Pologne passionnera même les non-initiés !
Venez découvrir «son monde» où peinture, couture et écriture se font écho. Un univers où son exposition, liée à la parution de son dernier ouvrage, met en avant «les relations entre la France et la Pologne, grâce notamment à une série de triptyques suggérant des parfums, des instantanés, des refrains, des couleurs, qui perdurent dans la mémoire des descendants d'immigrés polonais.
L'exposition qui regroupe vingt-quatre aquarelles auxquelles sont associées des huiles et des vêtements, est un véritable hommage aux immigrés venus de l'Est dans les années 20.
Elle interroge sur la transmission des coutumes et de la culture polonaise aux jeunes générations.
N'hésitez pas à venir rencontrer Hania ce week-end : prolixe, sympathique, elle vous charmera de sa vraie passion pour la Pologne. Douée d'un grand désir de faire partager son amour, sa grande, multiple et large culture, elle vous convaincra et vous fera aimer «son pays» !
A voir au centre culturel jusqu'au dimanche 12 février, de 14 heures à 18 h 30, salle Jean-Ferrat. Entrée gratuite.
Le Petit Bleu d'Agen



Un roman dédié aux lycéens à l'esprit artistique



Hania Raczak est venue dédicacer son deuxième roman, dernièrement, dans la bibliothèque municipale, invitée par les actives bénévoles du lieu. Installée dans le Lot-et-Garonne après avoir habité à Bagnères-de-Bigorre, Hania est attirée par différents arts «cherchant à travailler dans le registre émotionnel».
Parallèlement à sa carrière d'enseignante, elle crée l'atelier Haniawork dans lequel elle tisse des liens entre la peinture, le stylisme et l'écriture. En 2010, elle publie un premier roman «A nous l'au-delà».
Ce deuxième roman «Zofia Racines et Destin» est issu d'une recherche sur la terre natale de sa famille au moment de l'immigration polonaise des années 20. Quand elle parle de ce roman, l'auteure évoque l'histoire de l'arrière-petite-fille qui, découvrant un bout de dentelle, va chercher à comprendre ses racines et son destin. «Cette plongée dans ses racines l'aidera à se construire» dira Hania Raczak qui dédie ce roman aux lycéens à l'esprit artistique.
Elle exposera ses talents complets dont la peinture, en février, au centre culturel du Passage. Sur la couverture de son livre, un de ses tableaux, «Domek», fixe les images avant de raconter.
En savoir plus : haniawork.blogspot.fr
La Dépêche du Midi




____________________________________________

Publié le 07/10/2016 à 03:56, Mis à jour le 07/10/2016 à 08:59

Anne Fourot, de l'institutrice à la romancière


Hania Raczak, alias Anne Fourot, a écrit un roman relatant l'histoire la migration des Polonais à travers celle de ses grands-parents.

Hania Raczak, ça ne vous dit rien ? Et pourtant. Elle sera présente à la fête de la lecture ce week-end à Boé. Derrière ce pseudo, on rencontre une personne à la fois souriante, communicative, avenante, on découvre Anne Fourot. C'est loin d'être une inconnue à Foulayronnes. Diplômée de l'école normale, l'institutrice est réputée pour être allée de l'avant avec ses classes, faisant preuve d'une originalité déconcertante. Elle a marqué son passage dans l'école Marc-Castelnérac, où elle a enseigné, après avoir exercé à Bagnères de Bigorre. Désormais à la retraite, l'institutrice n'en est pas pour autant inactive. En plus de donner un peu de son temps libre dans une maison de retraite, elle s'adonne à l'écriture. Concrétisant ainsi, la phrase lancinante lancée par sa grand-mère : «Tu l'écriras un jour».
Elle vient de publier un roman «Zofia, racines et destin» aux éditions Nord Avril. La démarche est empreinte d'originalité. Elle raconte au travers du regard de sa fille Marie (personnage qu'elle invente), l'histoire de la migration de ses grands-parents Walenty et Zofia. En particulier, la vie de son grand-père, parti de Pologne pour venir travailler en France dans les années «20», avant que sa femme ne le rejoigne.
Perfectionniste, Hania Raczak s'est déplacée dans la ville polonaise de Lubenia, où a vécu sa famille, en présentant une exposition de peintures ainsi que des vêtements associés au bouquin. Pour écrire son roman, elle s'est appuyée sur les souvenirs et des photos. Son grand-père, Walenty, est issu de la paysannerie. Après avoir combattu contre les Russes sur le front de l'Est, il est obligé de travailler jeune.
À 22 ans, il prend la direction de la France, seul. Walenty est ce que l'on appelle une figure. Polyvalent, il écrit des chansons, fait du théâtre, joue de la musique, de la clarinette. Facilitant ainsi son intégration dans le Nord.
À l'image de la Madeleine de Proust, Marie, étudiante en art appliqués à Toulouse, sort d'une valise de ses arrière-grands-parents la dentelle dont elle a besoin. De là découlent les souvenirs et la vie d'une famille polonaise, comme tant d'autres, à découvrir dans le livre écrit par Hania Raczak.
La Dépêche du Midi